f.denis

MAP, Trophée Marie Agnès Peron 2012

In Non classé on juin 21, 2012 at 16:26

Communément appelée MAP, le ou la, qu’importe, pour moi c’était la scéance de rattrapage pour pouvoir faire la SAS, les Sables-les Açores-les Sables(et non pas le célèbre roman de gare). Rendez vous à Douarnenez, et pour cela il faut un petit convoyage depuis le Pouliguen. Finalement je passe plus de temps à convoyer qu’à régater, entrainement diraient certains. Mais cette fois je passe à Concarneau pour retrouver les D2 de Brendan et Bruno et se tirer la « bourre » jusqu’à Douarn’. Petits airs, de plus en plus petits, petits et rien…et le rien se trouve au Raz de Sein, pendant que l’orage gronde à terre. Il faut absolument se déhaler de ce « merdier » et mon Tohatsu refuse tout service, donc, remorque pendant deux milles. Bruno est devant à deux cents mètres, mais, qu’il est original ce Nono, voila qu’il fait du freestyle bateau à l’horizontal, donc bulbe en l’air, joli et un peu angoissant. Dix secondes pour affaler le génois, ça c’est de l’entrainement. L’orage est passé laissant sur le pont des grélons gros comme des billes, même pas mal, mon NKE est très efficace(merci Stéphane). Bref bon an, mal an à la nuit tombante les bateaux sont amarrés au port de Tréboul et je peux enfin débarquer mon vélo, un peu encombrant (le cadre à l’intérieur et les roues au balcon arrière). Demain je remiserai le reste, GV, spi, gennaker etc , tout ce qui est en double pour le convoyage à peu près cent cinquante kilos d’inutile.

Passion d’Avril devient mon hôtel pour les quinze jours à venir, ça fait partie de mon entrainement, ben oui, c’est sûr, les vacances ce n’est pas si facile..à bord d’un mini.

Le bateau est prêt, batteries neuves, VHF neuve, pour le reste, rien que du matériel d’expérience. Je me fais quatre jours de ponton, mon sport favori. Cette année il y a plein de nouveaux, des bizuths parait-il, à les voir préparer leur bateau ça va chauffer sur leau et leur statut de « bizuth » est juste une erreur de langage. Leur bagage ou cursus voile, même pour les plus jeunes est conséquent. Je suis un des plus vieux et me trouve un peu « touriste » dans l’affaire. La météo pour la course est sympathique pour une fois, comme pour la Select on nous demande de ne pas traîner en route afin d’arriver à bon port avant la prochaine dépression. La veille du départ une conversation animée avec Annabelle de Loin , Maxime la Sardine, Jean de La Rochelle, Mémel l’hydromel et le Plombier N°1 que l’on réveille, m’amène sur mon oreiller au milieu de la nuit, voire plus proche du matin. Je découvre les joies du no stress sur la ligne de départ. Mais qu’ils sont fous ces navigateurs tous collés au bateau départ, je choisi de fuir les encombrements et de prendre à la côte, sauvage. Qu’il est bon de naviguer sans être « enfumé » par les camarades, je croise même de jeunes et talentueux skippers, évidemment que  je ne reverrai qu’à la fin de la course, au port.

A moi le Raz de Sein, encore, direction la Jument de Glénan, vent arrière avec mon joli spi médium qui me va si bien. Je rejoins plein de bateaux, notamment un qui s’appelle Cocoche minute, qui a très bien trouvé son nom, il prendra la mouche et effectuera une remontée à donf jusqu’aux premiers rangs….suite plus tard comme vous pouvez le voir une régate n’est pas simplement une course et c’est très, très long à raconter et je viens de voir que je me suis fait « scoopé » par J.Rozen, trop tard pour rectifier…..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :